Hypnose & Cancer

L'hypnose appliquée à la cancérologie

 


Revue Hypnose Thérapies Brèves
Hypnose Ericksonienne, Médicale et Thérapeutique. Thérapies Brèves, EMDR. Formations en Hypnose, trouvez un Praticien, Thérapeute des Instituts Milton Erickson à Paris, Marseille

L'hypnose : Un soin de support



De la fatigue à la douleur en passant par le stress, l’image corporelle..... l'hypnose qui répond à une véritable logique de soin de support, couvre les problématiques engendrées par la maladie et les traitements.


Fatigue et cancer

La fatigue est un état qui se traduit par une difficulté à effectuer des efforts physiques et à maintenir une activité intellectuelle. Elle peut ne pas avoir de cause apparente ou être due à une maladie. Une fatigue liée à un cancer est nettement plus importante. Elle n’est pas ou peu soulagée par le sommeil. Cela va au-delà d’un simple sentiment de fatigue permanente.

Une grande fatigue sans effort particulier ou un affaiblissement général de l’organisme (appelés aussi asthénie) éprouvés par une personne atteinte d’un cancer sont très différents de ceux d’une personne en « bonne santé ».
La fatigue ne touche pas toutes les personnes atteintes d’un cancer. Cependant, de nombreuses études montrent que la fatigue est l’un des symptômes les plus fréquents du cancer et de ses traitements. La majorité des personnes malades interrogées estiment que la fatigue affecte leur vie quotidienne autant, voire plus que la douleur.

Les patients pensent souvent que cette fatigue est normale, voire inévitable, et qu’elle fait partie des effets secondaires des traitements et de la maladie. Ils n’en parlent pas ou peu à leur médecin.

Aujourd’hui, les effets secondaires des traitements (douleurs, nausées, vomissements, etc.) sont traités, alors que la fatigue reste encore trop souvent sous-estimée et donc insuffisamment prise en charge. Or la fatigue doit aussi être traitée.
L'hypnose est une solution pour un mieux être durable.


 

Prévenir et traiter les nausées et vomissements

Certains facteurs sont connus pour augmenter les risques de vomissements ; Age, antécédents personnels (Mauvais souvenirs antérieurs, mal des transports...), certaines localisations cancéreuses, les facteurs environnants, comme les stimulis olfactifs, gustatifs, auditifs, visuels.

Le profil psychologique ( Stress, anxiété, état dépressif..), qu'il soit propre au patient, favorisé par la maladie, ou influencé par le "mauvais souvenir" de chimiothérapies antérieures favorise ce risque de nausées / vomissements.

L'hypnose représente un intérêt majeur pour limiter cet inconfort. La meilleure prévention des vomissements anticipés, c'est l'absence de vomissement après la première chimiothérapie.

Une étude réalisée déjà en 1994 chez 20 patients recevant une chimiothérapie anticancéreuse, démontre que l'hypnose diminue l'utilisation d'antiémétiques, et diminue les nausées anticipatoires.
Une autre étude réalisée en 2000, démontre encore, que l'hypnose, peut faire disparaître les nausées et vomissements anticipatoires malgré des chimiothérapies antérieures.

Là encore, l'hypnose aide à mieux gérer le stress induit par la maladie, la chimiothérapie et ses effets secondaires.

 

Soulager la douleur

La douleur du cancer se présente sous différentes formes : physique ou psychologique, aiguë ou chronique. Analyser la douleur permet de déterminer sa source et de la soulager.
Il arrive que certains cancers soient douloureux dès le début alors que d'autres ne généreront aucune douleur, même à un stade avancé. Cela dépend du type de cancer et de son avancé mais aussi du patient lui-même.

Les douleurs qui peuvent survenir en cas de cancer sont des douleurs complexes dans la mesure où :
  • elles ne sont pas systématiques pour un même type de cancer (nombre de cancers sont indolores pour certaines personnes et pas pour d'autres) ;
  • elles ne sont pas constantes lorsqu'elles existent ;
  • elles ont des origines diverses puisqu'elles peuvent aussi bien être dues :
    • à la tumeur (invasion des tissus mous ou des os ou obstruction d'un organe, par exemple.
    • à la réaction de l'organisme (en cas d'inflammation notamment) ;
    • à d'autres troubles découlant directement ou indirectement de la pathologie cancéreuse (zona par exemple) ;
    • aux traitements médicamenteux mis en place (certains ont de graves effets secondaires et peuvent aggraver les douleurs, que ce soit la chirurgie, la radiothérapie ou la chimiothérapie.
Un des enjeux majeur de l'utilisation de l'hypnose, dans un contexte de cancérologie, est de maintenir son effet sur la douleur, douleur pouvant évoluer sur des mois, voire des années. L'intervention hypnotique peut être extrêmement efficace, et il faut régulièrement la répéter, ou apprendre au patient des méthodes pour l'utiliser soi-même. Il est important de proposer des suggestions post hypnotiques et d'entrainement brefs, afin que les patients puissent l'utiliser par eux-mêmes. 
Une excellente description de la douleur , (Etiologie, type, localisation, intensité, signification, anxiété associée...) bien adaptés, aident à mettre en place des stratégies hypnotiques adaptées au plus proche de la demande.

Ici encore, la collaboration avec une équipe médicale reste nécessaire, pour mener ensemble une prise en charge personnalisée, en associant médicament et techniques non médicales. En complément, l'hypnose permet alors, de gérer et maîtriser la douleur. Elle  ne remplace pas les traitements médicamenteux mais permet de mieux les faire accepter et quelquefois de réduire les doses en accord avec le médecin prescripteur. Le soutien psychologique apporte également une aide en apprenant à gérer la douleur.
La douleur n’est pas une fatalité. La soulager permet de retrouver une meilleure qualité de vie et de garder ses forces pour se battre contre la maladie. En cancérologie, l'hypnose pratiquée en cabinet ou à domicile, relève impérativement du champs de compétences d'un soignant. Médecin, infirmier, kiné, psychologue...

Anxiété : Entre émotion et stress

La détresse émotionnelle est une réponse universelle à l’annonce traumatique d’une maladie grave comme peut l’être le cancer. Cette réponse est souvent prolongée et peut devenir significative en raison de la longueur de la maladie, des traitements et des facteurs de stress répétés.

L’anxiété est une réaction émotionnelle normale et courante qui se traduit habituellement par des manifestations physiologiques et des modifications psychologiques, émotionnelles, cognitives et comportementales face à un événement.

L’angoisse serait davantage une sensation physique et l’anxiété un état d’âme, mais cette première est parfois considérée comme une anxiété d’une intensité extrême. La peur et l’anxiété sont des émotions assez proches, mais tandis que la peur semble être en rapport avec une menace réelle, l’anxiété peut survenir sans raison ou de façon disproportionnée. Elle produit des réponses qui augmentent nos chances de survie face à cette situation dangereuse et introduit une séquence comportementale défensive. L'anxiété est une émotion vague et déplaisante qui traduit de l'appréhension, de la détresse, une crainte diffuse, un sentiment d’insécurité indéfinissable. 

L'hypnose, thérapie non médicamenteuse, sera principalement utilisée à visée de relaxation. 

Intéractions entre Hypnose et Sophrologie

Formée également à la Sophrologie, j'ai fait évolué ma pratique en combinant avec l'Hypnose, les aspects spécifiques de ces techniques à la fois voisines et différentes.

Comment distinguer la sophrologie de l'hypnose ?

Le sophrologue agit sur le conscient et la conscience, alors que l'hypnose s'intéresse à l'inconscient. Le patient est donc plus autonome, plus acteur lors des séances, la sophrologie s'intéressant plus au sujet qu'au problème. Elle centre son action sur le mental, le corps et les émotions.

L'hypnose tente de traiter le problème à la source et pas de corriger les conséquences. Une séance d'hypnose permet de traiter des addictions ou troubles alimentaires en remontant jusqu'à l'origine via l'inconscient, là où la sophrologie tente d'apporter des réponses pour soulager les maux sans forcément agir sur la cause principale.

Quand utiliser l'Hypnose plutôt que la Sophrologie ?

On pourrait avancer que la sophrologie dispose de techniques de relaxations s'inspirant du Yoga et du Zen. En fait, la sophrologie va utiliser toutes les méthodes, y compris l'hypnose-relaxation pour faire comprendre au patient, ses potentialités positives, lui permettant ainsi de maîtriser ses émotions, sa conduite dans la vie de tous les jours, en lui redonnant confiance en lui, mais elle ne traitera que les maux, sans chercher le mal en profondeur

L'hypnose, elle, ciblera la recherche du mal, afin de résoudre le problème à la racine et dons dans le même temps, les maux qui en découlent. La séance d'hypnose est donc recommandée pour apporter une réponse définitive au problème.

Mon expérience dans l'accompagnement, m' autorise à dire que l'hypnose est une solution pour résoudre de manière durable et définitive certains maux, là où la sophrologie n'apportera qu'un apaisement temporaire.

 

 

 








Psychothérapie
Psychotherapie Brève,Hypnose Ericksonienne,Sophrologie Caycedienne et Sophro-Analyse,Hypnose Thérapeutique à Paris,Formations en Sophrologie