Hypnose & Cancer

L'hypnose appliquée à la cancérologie

 


Revue Hypnose Thérapies Brèves
Hypnose Ericksonienne, Médicale et Thérapeutique. Thérapies Brèves, EMDR. Formations en Hypnose, trouvez un Praticien, Thérapeute des Instituts Milton Erickson à Paris, Marseille

Vivre l'hypnose




Lumière sur l'hypnose

Tentative de  définition 

Vous trouverez sur le net ou la littérature, plusieurs essais de définition de l'hypnose. Je vous en propose ici au moins une; Celle de Jean Godin, qui a marqué la pratique de l'hypnose. 

Jean Godin : " C'est un mode de fonctionnement psychologique dans lequel le sujet, grâce à l'intervention d'une autre personne, parvient à faire abstraction de la réalité environnante, tout en restant en relation avec l'accompagnateur. 

L'état hypnotique 

Chacun a pu faire l'expérience d'un roman dont la lecture consciencieuse permet de nous évader, ou celle d'une suspension hors du temps à force de contempler le mouvement des vagues, ou un magnifique paysage... En bref, chacun a pu faire l'expérience d'un état de conscience généralisé (Différent de l'état de veille habituel)  

L'état hypnotique est précisément ce moment de conscience où les choses sont perçues autrement. 
Se mettre en état d'hypnose, ou faire de l'hypnose avec un praticien, c'est reproduire intentionnellement cet état de conscience avec un objectif, qui varie selon le cadre dont il est question (Relaxation, évolution personnelle, soin...) 
L'état hypnotique étant la reproduction d'un état naturel et spontané, tout le monde peut y avoir accès, mais pas forcément de la même façon. Selon les individus, l'approche sera réalisée par des suggestions directes ou indirectes pour provoquer l'état modifié recherché. 

Les applications de l'hypnose 

Dans  le champs de la santé, ses applications sont essentiellement la médecine de la douleur, la gestion des troubles anxieux ( Du stress à la phobie, en passant par les troubles de l'affirmation de soi...) 
L'hypnose est également utilisée, à visée de changement de comportements de la dépendance, comme le tabagisme ou les troubles de l'alimentation. Mais d'autres applications sont possibles à la fois dans le champs du somatique et dans celui de la psychopathologie. 

L'hypnose est admise comme une thérapie active où le patient est acteur notamment par l'apprentissage de l'auto-hypnose 

Un mot sur l'auto-hypnose

Nous sommes en droit de nous interroger sur ce qu'est l'hypnose.  Il est évident que personne ne peut captiver le regard de l'autre et lui donner des ordres. En revanche, l'autohypnose existe bel et bien. C'est un processus qui est en nous. Lorsque nous l'activons, il se passe des modifications entre la commande supérieure du cerveau et le corps, ou inversement, et nous pouvons le transformer  par la suggestion. Les transformations induites agissent sur le problème que nous voulons résoudre. Ainsi, si c'est une douleur, elles ont un effet analgésique. Dans des cas psychologiques, elles peuvent permettre de gérer l'anxiété, de regonfler une personne en dépression, ou de casser le cycle d'une phobie. 

Toute hypnose est donc auto-hypnose. Autrement dit le patient rentre en hypnose par lui même. Lorsqu'il est accompagné par un thérapeute, c'est ce dernier qui , en créant un cadre, permet au patient d'atteindre cet état hypnotique. Avec un certain apprentissage, les patients peuvent se libérer de ce cadre et avancer ainsi vers plus d'autonomie. 




 

 

 

 


Pouvoir de visualisation

Des recherches démontrent l'importance de la relaxation et de la visualisation positive sur le cerveau. 
Le Dr Alain Paul, homéopathe, inspiré par les travaux du Dr cancérologue et radiothérapeute Américain Carl Simonton, propose d'accompagner à l'aide du CD CHIMIO-RELAX, des patients atteints de cancer.

Bercés par la musique de LOGOS, et guidés par sa voix, ils voyagent dans leur corps et au plus profond de leurs cellules. Dans cet espace de la santé, et par la technique de visualisation positive,  les effets secondaires secondaires et les chances de guérison augmentées.

Joëlle, atteinte d'un cancer du sein en juillet 2000, témoigne de la force de la visualisation dans la gestion de son cancer.
" On imagine ses globules blancs manger les cellules cancéreuses et la chimiothérapie détruire les cellules cancéreuses. Après les chimios, j'imaginais mes globules blancs se multipliaient pour éviter leur chute, etc... "

La pratique de ces exercices doivent rester encadrés dans un contexte médical et paramédical exclusivement.





 

Vivre l'hypnose

Relaxation profonde : Principes et effets

C'est en pratique, Le training autogène de Schultz, méthode proche de l'autohypnose qui utilise la suggestion et la concentration pour éliminer les stress de toutes sortes. Comme son nom l'indique, le training autogène est un véritable entrainement qui demande une pratique régulière et soutenue.

Cette méthode est née des recherches sur le sommeil et sur l'hypnose par Vogt et Brodman entre 1894 et 1903 à Berlin. Ils avaient observé que certains patients, ayant subi de nombreuses séances d'hypnose, étaient capables par eux mêmes, de se replonger dans un état similaire.
Au cours de cet état, apparaissaient des sensations de lourdeur et de chaleur accompagnées d'un effet remarquable de récupération. Ils avaient remarqué que ces exercices mentaux, pratiqués plusieurs fois par jour, réduisaient de façon notable les effets du stress, de la fatigue, de la tension.

Le principe de la méthode de Schultz consiste donc en des exercices physiologiques déterminés (sensations de lourdeurs, de chaleurs, etc...) destinés à mettre l'esprit et le corps au repos.

Cette méthode est une méthode personnelle, "responsable", d'entrainement à l'auto-hypnose, réduisant au minimum la suggestion provoquée par un opérateur. Elle peut être appliquée à une très large variété de troubles physiques et psychologiques.

L'hypnothérapeute est un guide dans la mise en pratique des différentes phases de cette méthode.
 

 

 

 

 

 

 


Qualité de vie et cancer : Place de l'hypnose

Un des objectifs du  troisième plan cancer (2014 – 2019), proposé par le ministère de la santé, est de préserver la continuité et la qualité de la vie. Grâce aux succès thérapeutiques croissants, le soin doit de plus en plus s’insérer dans une prise en compte plus large de la personne, touchée dans toutes les sphères de sa vie par la maladie. En réponse aux besoins et aux attentes  exprimés par la personne malade,  l’ambition du plan cancer, est de préserver au maximum, l’autonomie, la continuité et la qualité de vie des personnes atteintes de cancers, pendant, mais aussi après la période des traitements.
Ce plan cancer, vise à mettre en place les conditions pour passer d’un « parcours de soin », centré sur la prise en charge médicale du cancer, à un « parcours de santé », prenant en compte l’ensemble des besoins de la personne malade, au plan physique, psychologique, social.

L’objectif est que toute personne, quel que soit l’endroit où elle se trouve, puisse bénéficier de soins de support et d’un accompagnement approprié.

Aujourd’hui, l’hypnose trouve sa place, tout le long de ce parcours de santé, que ce soit en structure de soins, ou dans le cadre du lien « ville-hôpital ».
Si l’évolution des différents plans cancer, a permis une reconnaissance significative de la souffrance des patients, notamment avec l’essor de la psycho-oncologie clinique, il n’en reste pas moins, que  l’annonce d’un cancer, en fonction de sa localisation, marque le début d’un long voyage. Le bouleversement intense, apparenté à un traumatisme, provoque d’emblée une dissociation du patient ; autrement dit, le sentiment d’être et de ne plus être.
« Quand on entend le mot cancer, tout s’arrête... plus de projets... plus rien... le rideau tombe... la pièce est finie !” dit Mme C., hospitalisée pour une reconstruction mammaire après un cancer du sein. Submergée par l’émotion à l’évocation de ce moment, ses mots, entrecoupés de silences, tombent comme des couperets, en écho à ceux du chirurgien lui annonçant son cancer du sein »
L’effraction brutale et imprévisible dans le fonctionnement psychique du sujet provoque en lui un véritable basculement et les ressentis évoqués par ces patients, au moment de l’annonce, font tous état de vide, d’abattement, d’effondrement, d’enfermement, d’incapacité à la pensée, de fuite, de panique, de perte des repères…
La vie de ces patients devient donc un danger de mort. Comme le dit Corine Van Loey : « Cette empreinte qui arrête la vie et empêche d’être présent à soi et aujourd’hui, sorte d’épée de Damoclès que l’on sait toujours en suspens au-dessus de notre tête. »
Dans cette prise en charge du patient « traumatisé », le parallèle avec la prise en charge d’un patient douloureux chronique est à retenir.

L’engagement sur le chemin du changement, serait-il en lien avec une capacité à modifier la représentation ?

« Les organismes humains n’échappent pas aux déterminismes biologiques. Mais la possibilité de créer un monde de représentations leur permet de remanier le monde qu’ils perçoivent, de l’améliorer ou de l’aggraver, d’en faire une bénédiction ou une malédiction », écrit Cyrulnik.
L’imaginaire, en ouvrant le champs des possible serait thérapeutique. Les faits que le patient perçoit, s’inspirent de sources personnelles visuelles, auditives, olfactives, kinesthésiques.
L’hypnose est une thérapie qui utilise de façon préférentielle ce mode d’approche thérapeutique. Il est à souligner, qu’au-delà de l’annonce d’un cancer à un patient, cette thérapie de la représentation est par ailleurs, particulièrement efficace dans l’étape curative, à savoir, dans la mise en route des cures de chimiothérapies et des séances de radiothérapie, et applicable dans toutes les étapes de la maladie.

Induire le mouvement par la suggestion

La suggestion est pour le praticien en hypnose, la façon la plus élémentaire de commencer. Hyppolyte Bernheim (1995) l’évoque ainsi : « La suggestion est l’acte par lequel une idée est introduite au cerveau et acceptée par lui ».
Bernheim met en évidence l’individualité de chacune des constructions cérébrales et donc des idées résultantes, propres à chacun.
Dans ses propos, il est intéressant de retenir la double capacité de la suggestion : Celle du traumatisme correspondrait à l’acte négatif, l’hypnose venant rétablir ou implanter une nouvelle idée et un mouvement, donc un changement.
Comme nous l’avons évoqué ci-dessus, les patients vivant le traumatisme de l’annonce de leur cancer entrent avec aisance en état d’hypnose.
Quand le lien thérapeutique est établi, le contexte étant sécurisant, l’hypnose permet de modifier l’empreinte négative laissée. C’est la puissance de l’imaginaire qui va œuvrer en terminant une action restée figée, et en lui redonnant un mouvement.
L’hypnose permet de transformer l’idée, modifier l’acte, les sensations, avec au final, une modification du système des représentations du patient.
Le cerveau étant incapable de faire la différence entre l’imaginaire et le réel, la nouvelle représentation devient alors la réalité du patient.
 
CONCLUSION
Ouvrir le champs des possibles pour un mieux vivre est le rôle proprement dit de l’hypnose. L’annonce du cancer reste un traumatisme. Les étapes de la maladie sont souvent perçues comme un parcours du combattant. Entrainer le patient, précocement à  l’autohypnose, le rendra acteur de ses représentations pour amorcer le changement.  Cependant, comme le souligne Corine Van Loey :
«  … il doit accepter de retourner dans ses représentations, sensations, émotions résiduelles de l’événement. Autrement dit, dépasser les résistances pour accéder au « lâcher prise », prendre conscience et accepter que le comportement volontaire en d’autres circonstances soit totalement impuissant »






Nouveau commentaire :


Psychothérapie
Psychotherapie Brève,Hypnose Ericksonienne,Sophrologie Caycedienne et Sophro-Analyse,Hypnose Thérapeutique à Paris,Formations en Sophrologie